Plongée, Sports et Activités culturelles subaquatiques avec le comité Auvergne Rhône-Alpes de la FFESSM

Que faire en cas d'accident :: Plongée, Sports et Activités culturelles subaquatiques avec le comité Auvergne Rhône-Alpes de la FFESSM

ambulance

centre hyperbarepdfLe centre de médecine hyperbare de Lyon : consulter  

 

 

Dans tous les cas:

  • Application des recommandations de secourisme, c'est à dire la mise en œuvre des procédures enseignées dans les différents RIFA.

    Certains documents peuvent vous être utiles :
  • la fiche d’évacuation: obligatoire (Code du Sport Art. A. 322-78-1: travail conjoint du MJS, de la FFESSM et de la Medsubhyp) il est recommandé d’utiliser ce modèle: (Annexe III-19)
  • les centres hyperbares
  • Déclarer l’accident aux assurances:(dans les 5 jours)
  • Déclaration à la Préfecture du siège social de l’association

En cas d’accident de plongée scaphandre

Rappel de la conduite à tenir

Voir site de la CMPN

  • En premier lieu, éviter le suraccident avec mise en sécurité des autres plongeurs, des secouristes et même du bateau support de plongée
  • Effectuer les manœuvres de réanimation nécessaires
  • Considérer que tout incident ou accident sui survient au décours d’une plongée (dans les 24 heures) doit être considéré a priori comme un accident de plongée et mettre en œuvre la procédure suivante si l’accidenté est conscient et ne vomit pas:
    • Installation la plus confortable possible, déshabiller
    • Inhalation d’oxygène avec un débit de 15 l.min-1  au moyen d’un masque dit « à haute concentration»
    • Hydratation: au moins un litre en 30 minutes et plus si possible dans l’heure
    • Proposer de l’aspirine (recommandations fédérales 500 mg) si l’accidenté ne présente pas d’allergie ou de troubles de conscience
    • Alerter les secours selon les procédures RIFA avec un message d’alerte clair, notamment sur la localisation, sur l’accidenté et ses symptômes
    • Veiller à ce que l’accidenté soit dirigé directement vers un centre équipé.
  • Bien penser à remplir la fiche de sécurité et joindre l’ordinateur du plongeur
  • Ne jamais interrompre l'administration d'O2 ou les soins sans avis médical

Préconisations de la CMPN

Le questionnaire "Etude Accident"

Ce  n’est pas une enquête (au sens judiciaire du terme), il ne vise pas à établir de responsabilité, ni à juger et encore moins à culpabiliser. Ce questionnaire  est uniquement à but médical, et reste entre les mains des médecins fédéraux. Il est confidentiel et a pour but de collecter toutes les informations utiles, afin de cerner et tenter de comprendre les circonstances, les conditions, qui ont conduit à l'accident, afin d’améliorer nos connaissances, amener des améliorations dans nos techniques et nos comportements de plongeurs et ainsi mieux prévenir ces accidents.
Il faut le faire remplir par le plongeur accidenté (ou le directeur de plongée éventuellement) et le transmettre au président de la CMP IR RABA pour enregistrement et envoi à la CMPN.

Reprise de l’activité plongée

La reprise de votre activité favorite en toute sécurité est conditionnée par la guérison ou la vérification par des examens et/ou un médecin, de votre intégrité physique, et peut demander un certain délai.
Consulter ce Tableau
Le certificat  médical de reprise de l'activité aprés un accident ne peut être signé que par un médecin fédéral ou un médecin diplômé de médecine subaquatique.

En cas d’accident d’apnée

Recommandations de la CMPN 
Une fois encore, la prévention est la bonne pratique. Nous conseillons fortement de suivre les recommandations de la Commission Nationale Apnée, en particulier les règles de surveillance de l’apnéiste et les moyens à mettre en œuvre pour assurer l’étanchéité et le maintien des voies aériennes hors de l’eau et la mise en sécurité de l’accidenté.

Partager sur FacebookPartager sur Google Plus
  • Aquanaut
  • Ecole-de-plongee-Aquaventure
  • CIP
  • Go-and-Sea
  • Scuba-Wind
  • UCPA
  • Cabinet-Lafont
  • Vacanciel
  • Bleu-autrement